The DioField Chronicle est un nouveau JPRG édité par Square-Enix. En temps normal, je ne suis pas un adepte de ce genre de jeu. Mais vu que c’est une nouvelle licence, j’ai voulu découvrir l’aventure, un peu comme Immortal fenix Rising en son temps.

Fiche du jeu The DioField Chronicle

  Edité par Square Enix   PEGI 16
  Développé par Lancarse   Fourni par l’éditeur Oui
  Date de sortie 22/09/2022   Testé sur Xbox
  Plateformes  Xbox,   PS5/PS4, Switch   Style JRPG
  Trophées/Succès Voir la liste des trophées et succès

A propos de The DioFiled Chronicle

L’ère mythologique cède la place à une ère de grand chaos…

Le monde des hommes est embourbé dans une guerre qui n’en finit pas.

Un groupe de mercenaires d’élite se faisant appeler « Renards bleus » s’élève au milieu des flammes et du chaos. On chantera leurs destins et leurs courageux exploits pour les siècles à venir.

Mais au bout du compte, le nom des Renards bleus sera-t-il associé à l’espoir, ou à la plus sombre des tragédies ?

Prise en main du jeu

Je ne suis pas forcément un habitué de ce genre de jeu même si j’ai déjà gouté à Final Fantasy. Je me suis donc dit, je peux y arriver. Mais ce fut laborieux. Déjà il y a la barrière de la langue. Il fallait s’en douter, le jeu ne propose pas de voix françaises, seulement anglaises et japonaises. Par contre les sous titres sont bien en français. On est sauvé. D’ailleurs pour les voix, parfois j’ai l’impression de me retrouver sur Switch où pour gagner du temps et de la place, toutes les séquences ne sont pas doublées.

A lire aussi :
The Last of Us Part I - Un remaster au prix fort - Mon nouvel avis du jeu!

On se retrouve dès le départ avec pas mal de personnage, en effet, durant les premières minutes, on découvre huit nouveaux personnages et ce n’est que le début. Alors au début, ce n’est pas évident de les différencier et d’appréhender leur capacité.

Et une fois en jeu, si les premières missions sont relativement aisées, il sera plus difficile de terminer les missions du premier chapitre du premier coup. Il a fallu monter en compétence et connaitre les personnages pour surmonter le premier chapitre.

Le jeu!

Les combats

Contrairement aux autres titres de la catégories, The Diofield Chronicle se démarque. En effet, d’habitude dans les jeux tour par tour, où l’on est figé, ici, on peut se déplacer librement, et les ennemis aussi! Ce qui fait que l’on doit adapter notre stratégie en temps réel. On peut choisir de déplacer une ou plusieurs unités, opter pour une attaque à distance ou au corps-à-corps, faire diversion ou récupérer toutes les orbes présentes sur le sol avant de lancer l’offensive ou pendant celle-ci.

Un système d’orbe est présent et permet de retrouver de la vie ou du mana pour lancer des actions. Mais cela permet aussi et surtout d’invoquer de puissantes créatures qui peuvent retourner totalement la situation.

Si les objectifs sont classiques (éliminer des ennemis, les empêcher d’atteindre une position, récupérer un artefact, vaincre un chef, prendre le contrôle d’une tourelle…), il sera nécessaire de prévoir une stratégie.

Et si on n’est pas dans un die and retry, il faudra refaire plusieurs fois certains niveaux tant la difficulté peut croître rapidement.

A lire aussi :
Découvrez mon avis sur Saints Row sur PS5!

Sur le champ de bataille, on sera au nombre de quatre (chefs), pouvant être accompagnées par des soutiens qui octroient plus de possibilités sur le champ de bataille. Concrètement, le chef va déterminer les attributs et compétences tandis que les adjuvants vont apporter des aptitudes supplémentaires (soin, défense, sorts offensifs, etc.). A vous de faire les bons choix!

Entre les combats

La stratégie durant les combats peut éviter une certaine redondance à ce niveau, mais entre chaque mission, c’est toujours la même chose avec quelques nouveautés quand on monte de niveau, mais quand même. On retrouve le schéma suivant, combat, retour au camp, utilisation de la monnaie (Gulds) pour booster son inventaire et ses compétences, retour au combat etc… Et pour monter de niveau, refaire les mêmes combats.

Du beau monde

The Diofield Chronicle nous propose un savant mélange improbable. Entre les personnages et l’univers conçus par Isamu Kamikokuryo, un artiste japonais qui a travaillé sur Final Fantasy XII et Final Fantasy XIII et la bande-son réalisée parRamin Djawadi et Brandon Campbell, un duo de compositeurs à l’origine de nombreux thèmes sur la série Game of Thrones. 

Rien que cette vision devrait aiguiser votre curiosité.

A qui s’adresse The Diofield Chronicle.

Selon moi, il pourra sans doute plaire aux fans du genre. Pour les autres joueurs, il sera nécessaire de passer le cap de l’introduction pour découvrir le titre. Car au final, si il ne sera pas aussi connu que d’autres titres, Square Enix a le mérite de proposer une nouvelle licence. Ce qui nous permet de découvrir une nouvelle histoire, un nouveau monde ainsi que de nouveaux personnages.

The-DioField-Chronicle-Release-Date-and-Time The DioField Chronicle - Mon avis sur ce nouveau JPRG
The DioField Chronicle – Mon avis sur ce nouveau JPRG
Mon Avis
Il faut lui donner une chance. Le titre n'est pas parfait, mais il propose une nouvelle aventure ainsi qu'un nouveau type de jeu.
Note des lecteurs0 Note
Les Plus
La bande son
Le gameplay
L'histoire
A revoir
L'introduction
Précision des déplacements
Difficile pour les néophytes
7
Mon ressenti

0 0 votes
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments