Warhammer Age of Sigmar : Realms of Ruin est un jeu de stratégie en temps réel développé et édité par Frontier Developments.

C’est un style de jeu qui est très peu répandu sur console. On y retrouve une petite dizaine de jeu par génération. Pour autant, chaque jeu y trouve toujours son public. Sur console, le gameplay n’est pas toujours adapté, et les expériences sont souvent moindres par rapport aux versions PC.

Joueur de jeu de stratégie en temps réel depuis petit, j’attendais cet opus avec impatience. Nous allons voir dans les lignes qui suivent, ce qu’il a à nous proposer, et si le gameplay tient la route sur console.

Fiche du jeu Warhammer Age of Sigmar : Realms of Ruin

  Edité par Frontier Developments   PEGI 16
  Développé par Frontier Developments   Fourni par l’éditeur Oui
  Date de sortie 17 novembre 2023   Testé sur PS5
  Plateformes  Consoles et PC   Style STR

Warhammer 2023

Nous plongeons donc dans le monde de Warhammer, qui pour l’occasion, est orienté Heroic Fantasy. Si la direction artistique reste plutôt classique pour le genre, sa réalisation est une franche réussite, les décors sont soignés avec un level design de qualité, et les personnages le sont tout autant, que l’on soit en vue de loin ou bien zoomé sur les visages. Les animations de combat, et les effets spéciaux de sortilège sont sublimes. Globalement, les STR ne brillent pas par leur réalisation technique, mais on sent ici que les moyens ont été alloués pour réaliser un jeu à jour techniquement. De plus, en restant sur la partie technique, on peut noter que le jeu est doublé intégralement en français.

Le jeu propose trois modes de jeu que sont la campagne, le mode conquête ainsi que le mode multijoueur. Le mode campagne se compose de dix-huit missions qui permettent de se familiariser avec les mécaniques du jeu, et des STR en général, avant d’attaquer plus sérieusement les deux autres modes, le mode conquête étant un mode solo contre l’IA ou il est possible de personnaliser ses troupes, sa faction, sa difficulté. Chaque lancement dans ce mode, génère un code aléatoire, qui permet une re-jouabilité infinie. Ce code, peut également être saisi manuellement pour rejouer une partie que l’on a apprécié pour essayer de l’optimiser. Dans ce mode, on se retrouve sur une carte du monde, ou il faudra mener des batailles, avec des objectifs à remplir et des modificateurs sur chaque bataille, qui vont permettre de dynamiser le mode, et d’adapter son approche pour chacune d’elle. Par exemple sur certaines batailles, vous pourrez produire vos unités plus rapidement que l’adversaire, mais vous produirez vos ressources plus lentement, ou bien vous disposez de ressources de départ alors que votre adversaire pourra faire appel à plusieurs unités héroïques. Le but final étant de détruire le bastion de la ou des factions adverses présentes sur la carte.

A lire aussi :
Banishers: Ghosts of New Eden - La liste des trophées et succès

On retrouve dans ce Warhammer quatre factions jouables que sont les Éternels de l’Orage, une armée de demi-dieux aux cotés des royaumes mortels. Les disciples de Tzeentch, une armée de démons et fanatiques du dieu du chaos. Les Hantenuits, des âmes damnées au service du nécromancien Nagash. Puis pour finir, les KruelBoyz Orruks, un peuple d’orcs des marais. Ces quatre factions représentent quatre façons de jouer bien différentes, avec des points forts et des faiblesses. Cependant, la classe des Éternels de l’orage est la classe équilibrée et la plus simple à prendre en main. Et c’est d’ailleurs celle que nous jouerons dans le mode campagne. Par la suite, on aura tendance à privilégier une faction plutôt qu’une autre, leur gameplay étant variés et adaptés à chaque style de jeu.

Le jeu idéal pour débuter

Venons-en donc au gameplay justement, et il y à dire sur ce Warhammer. Tout d’abord, c’est un jeu qui se veut accessible, et qui va surement tenter d’attirer des joueurs qui ne sont pas familiers aux STR. Pour ce faire, il y a eu un choix fort avec l’absence de la mécanique de construction et de la récolte de ressources par des unités. Le jeu se concentrera ainsi sur la gestion d’unité et de leurs compétences exclusivement, et elles ont besoin de notre surveillance en permanence. Les unités ne sont pas du tout autonomes, que ce soit en attaque ou en défense, elles ne prendront pas ou peu d’initiative. Il est tout à fait possible qu’un unité se fasse détruire sans que celle à ses côtés n’intervienne. Les bataillons sont de taille réduite dans Warhammer, mais tout de même, en cas d’attaque simultanée à plusieurs endroits différents, il est fort possible que ça tourne au vinaigre pour cette raison précise. Ce point rend d’ailleurs le jeu assez frustrant, car une partie peut être mise en péril en très peu de temps si on est occupé sur un autre point.

A lire aussi :
Des news sur le remake de Silent Hill2 et une surprise!

Pour en revenir à la gestion des ressources, bien qu’il n’y ait pas d’unités de collecte, il existe un système pour en récupérer et invoquer de nouvelles unités. Il s’agit des conduits arcaniques … Ce sont des points de captures disséminés sur la carte qui peuvent être capturés par les différentes factions, et qui vont permettre d’amasser des ressources supplémentaires automatiquement, d’améliorer nos unités, ou de soigner nos unités blessées. Le but sera ainsi de foncer vers ces checkpoints, les développer, renforcer nos unités puis prendre d’assaut le suivant et ainsi de suite pour obtenir l’armée la plus puissante.

Le dernier mode de jeu proposé est le multijoueur, et c’est surement le point fort du jeu, si on joue au jeu avec des amis. Tout d’abord le mode propose des duels avec classement pour les intéressés. Puis viennent les modes sans classement, avec les duels encore une fois, mais aussi du deux contre deux. Mais également des parties personnalisées où l’on peut jouer avec un ami contre des IA. Si le mode classé peut être frustrant avec l’écart de niveau entre les joueurs expérimentés sur le style et les néophytes. Toute la partie en coopération se montre particulièrement fun et propice à passer de belles heures.

Un dernier mot sur le mode création, qui offre la possibilité de personnaliser ses unités et ses héros et qui saura ravir les aficionados des miniatures Warhammer, de plus avec la réalisation graphique fidèles à ces dernières. Il existe également un éditeur de carte bien fourni, on l’on va pouvoir laisser libre cours à notre imagination, avant de pouvoir utiliser cette même carte en solo comme en multijoueur ! Un petit plus bienvenu.

L’œil du chasseur sur Warhammer : Realms of Ruin

La chasse aux trophées sur Warhammer comprendra 38 trophées à récupérer, et ça ne sera pas une mince affaire.

A lire aussi :
New Tales from the Borderlands - Où le trouver au meilleur prix?

Il va falloir terminer la campagne en difficulté « Champion » qui correspond à la 4ème et dernière difficulté qui peut être assimilée à très difficile. A l’issue de cette étape, vous aurez également débloqués les trophées relatifs aux dix-huit missions qui composent le mode campagne. Il est possible de sauvegarder à chaque instant du jeu, et ainsi il est possible d’optimiser chaque attaque ou défense en rechargeant les diverses sauvegardes. Ainsi, si le mode Champion n’est pas simple, il finira par passer avec le temps.

Ensuite viendra le mode conquête ou il sera demandé de terminer le mode avec les quatre factions. Mais également de réussir une conquête parfaite, c’est à dire de remporter toutes les batailles disponibles, sans perdre une seule fois. Encore une fois, l’usage de la sauvegarde manuelle vous évitera de mourir. De plus, pour le mode conquête, il n’est demandé de ne jouer qu’en difficulté « Normal ».

Quelques trophées d’actions tomberont au fil de la chasse comme « tuer 250 unités ennemis, capturer 100 points stratégiques etc …

Puis viendra la dernière partie avec le mode multijoueur. Et là il va falloir se frotter à des joueurs chevronnés et sans sauvegarde pour nous sauver ce coup-ci. Il faudra ici remporter cent parties multijoueurs.

Vous pouvez compter une centaine d’heure pour remporter tous les trophées proposés.

Découvrez mon avis sur Warhammer : Realms of Ruin sur PS5!
Mon Avis
Frontier Developments nous délivre une très belle copie avec ce Warhammer. On évolue dans un environnement magnifique, avec des personnages fidèles aux figurines originelles. Cependant le gameplay a été largement simplifié avec l'abandon de la partie construction. Les joueurs qui découvrent ce style de jeu seront ravis, les habitués risquent de s'ennuyer assez rapidement. Malgré tout, la campagne, la conquête puis le mode multijoueur, qui intègre également de la coop, promettent de longues heures de jeu.
Note des lecteurs0 Note
0
Les Plus
Réalisation graphique de grande qualité
Gameplay simplifié accessible au plus grand nombre
Du contenu solo solide
Du multijoueur coopératif !
Doublage en francais intégral
A revoir
La gestion de nos unités par l'IA complètement absente
Un gameplay simplifié qui pourra ennuyer les habitués
De la variété dans les unités à étoffer
7
Mon ressenti

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.