Créé par 4A Games, Metro : Redux regroupe Metro 2033 et Metro Last-Light. Jeux de tir à la 1re personne axés sur la narration, vous découvrirez un mélange d’affrontements brutaux entre mutants et survivants dans un univers post-apocalyptique déroutant.

Fiche technique – Metro : Redux

103701-1 Mon avis sur Metro : Redux sur Switch
  • Date de sortie initiale : 26 août 2014
  • Date de sortie de la version switch : 28 février 2020
  • Style : FPS
  • Classement ESRB/PEGI : E/PEGI 18
  • Développeur :4A Games
  • Éditeur : Deepsilver
  • Langue d’exploitation : Texte en français, voix en français
  • Testé sur Switch
  • Prix lors du test : 4 €

Préambule

Ce test est réalisé sur la version Switch du jeu Metro : Redux dont l’histoire est tirée des romans écrits par Dmitri Gloukhovski. Ce FPS « solo » est un OVNI dans la galaxie des jeux du genre avec un univers très sombre et une ambiance non conventionnelle presque dérangeante. D’ailleurs, vous pouvez retrouver notre avis sur Metro Exodus (PS4)

L’histoire de Metro

Le contexte

Metro 2033 : Après qu’une apocalypse nucléaire ait éliminé la quasi-totalité de l’espèce humaine, un groupe de survivants est parvenu à se réfugier dans les profondeurs du Métro de Moscou. Vous incarnez Artyom, un jeune homme né quelques jours avant la catastrophe et qui a grandit dans le métro. Contraint de partir de son camp afin d’alerter les autres survivants du métro qu’une nouvelle menace pèse sur eux, il devra affronter mutants et compatriotes véhéments.

Metro Last Light : En 2034, Artyom poursuit son périple et tente de ramener la paix entre les factions des survivants de l’apocalypse atomique qui s’entre déchirent pour le pouvoir….

A lire aussi :
Présentation du casque Kunaï Pro de Tritton

Portage sur Switch

Gameplay de Metro : Redux sur switch

Cette version sur la petite console de nintendo propose une refonte allégée des deux jeux déjà remastérises. Switch oblige, des concessions ont du être faites. Une fois ce constat établi, laissons de côté nos à priori et concentrons nous sur la jouabilité.

S’agissant d’un FPS couloirisé, les deux jeux nous invitent à suivre l’histoire d’Artyom et proposent des visites souterraines ou en plein air (avec un masque à gaz). Nous y rencontrerons d’autres survivants. Parfois alliés, parfois ennemis, vous pourrez vous en donner à cœur joie avec une variété d’armes importantes. Le portage est plutôt bien réussi et le passage sur switch ne gène en rien l’expérience vidéo ludique. L’univers de Metro étant assez particulier, la difficulté se module selon votre habilité.

Les phases d’action mettent à l’épreuve notre portable préférée et, je dois l’avouer, elle s’en sort plutôt bien. Les commandes sont peu ou proue identiques à celles sur console de salon. Les raccourcis proposés pour changements d’armes, mise en place du masque ou autre se font de manière assez dynamique.

Graphismes et ambiance de Metro : Redux sur switch

Les décors post-apocalyptiques sont bien évidemment de rigueur et l’ambiance Métro si caractéristique à la limite du glauque mérite une immersion artistique à la hauteur. Force est de constaté que sur Switch, le challenge est plus dur à relever ! En se rappelant qu’il s’agit de jeux sortis entre 2010 et 2014, les deux jeux sont assez similaires et l’on rencontre souvent des textures pixelisées et des personnages aux formes polygonesques.

A lire aussi :
Predator Hunting Grounds - Mon avis sur ce FPS asysmétrique

C’est compréhensible au regard des caractéristiques techniques de la switch. Il n’empêche que l’on se prend agréablement au jeu et on trouve un réel plaisir à pouvoir y jouer tranquillement dans les transports en commun, au parc, à l’hôtel en déplacement ou encore dans son lit.

La possibilité de jouer à un FPS à peu près partout ou l’on se trouve est très agréable. Coté immersion, je ne peux que vous encourager à utiliser un casque audio lorsque vous jouerez en mode portable. En effet, la bande son est plutôt bien portée mais la qualité des hauts parleurs de la switch n’est pas à la hauteur. Ce dernier point concerne bien évidement tous les jeux et n’est pas propre à Metro : Redux.

Conclusion

De mon point de vue, Metro : Redux sur switch est un portage réussi et cohérent en tout point de vue. Que vous soyez fan incontesté de la série ou que vous souhaitiez la découvrir, la version Switch vous proposera une belle prestation. La jouabilité sur la console portable ne souffre pas de la comparaison avec ses homologues sur consoles de salon. L’IU offre une belle alternative avec des interactions et un menu conformes aux originaux. Les graphismes sont quelques peu altérés mais l’immersion n’est pas trop impactée.

En définitive, si vous souhaitez un jeu plus adulte ou un bon FPS scénarisé sur switch, Metro : Redux vous en proposera deux de qualité. Les points forts de la série : son ambiance si particulière et une histoire palpitante et déroutante.

0 0 vote
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments