Après de long mois d’attente depuis l’annonce en septembre 2020 par Sony, la suite tant attendue de God of War 2018 est entre nos mains. Si vous aviez pu suivre notre test ici, vous savez sans doute à quel point nous avions été enthousiasmé par la refonte de God of War dans lequel Kratos, accompagné par son fils Atréus, nous avait plongé dans l’univers fantastique des mythes et légendes de la mythologique nordique.

Que nous réserve cette nouvelle aventure ? S’agit il là d’une conclusion à l’histoire de notre tueur de Dieux ou au contraire le commencement d’une nouvelle ère ? Dans tous les cas, c’est avec une grande joie que je vous propose de découvrir notre avis sur cette nouvelle fresque antique boostée à la testostérone.

Fiche technique :

Développeur : SIE Santa Monica Studio
Éditeur : Sony Interactive Entertainment
Date de sortie : 9 novembre 2022
Genre: Action-aventure, Hack ‘n’ slash
Mode de jeu : Solo
Plateforme : PlayStation 4, PlayStation 5

Test réalisé sur Playstation 5

Histoire

Les débuts d’une nouvelle quête

L’histoire de God of War: Ragnarök se situe quelques années après la fin de God of war (2018). Nous retrouvons donc Kratos, toujours accompagné d’Atréus. Ces deux derniers, après avoir débarrassé Midgard des valkyries et rendu hommage à Laufey, se préparent à affronter le Ragnarök.

Alors que leur routine les berce entre chasse et entrainement, Atréus est confronté à la mort de son fidèle ami et vieux loup Fenrir. En proie à ses émotions, le jeune adolescent se laisse aller et prend conscience qu’il doit prendre son destin entre ses mains. Les aventures du père et de son fils repartent de plus belle. Atreus souhaite plus que jamais accomplir son destin dans un Midgard en proie au Fimbulvtetr et son froid glacial.

Bouleversé par la découverte des fresques prophétiques laissées par les Géants de Jotunheim, Atreus est convaincu que son histoire étroitement liée au Ragnarök. Il n’aura de cesse de se confronter à Kratos pour qu’il l’aide dans sa quête d’introspection.

A lire aussi :
Gotham Knights - Découvrez mon avis du jeu sur PS5!

Mon avis sur l’histoire

La trame narrative se déroule agréablement et la qualité des dialogues accentue notre immersion dans le récit. La relation entre Kratos et Atreus peu paraître apaisée mais reste celle d’un père et de son fils. Les deux protagonistes ont bien évolués.
Kratos, surprotecteur, semble fatigué et éprouvé par une vie de combats acharnés. Il souhaite rester le plus proche possible d’un Atreus qu’il comprend de moins en moins.
Atreus a gagné en maturité. Désormais moins capricieux, plus posé mais en proie à ses émotions qu’il gère difficilement, il cherchera à persuader Kratos qu’il peut empêcher le Ragnarök et s’opposer à Odin.

Emprunte d’humour noir, d’une touche de sarcasme, on apprécie particulièrement l’esprit porté par certains échanges entre les différents personnages.

Graphisme et ambiance

Ambiance visuelle et sonore

Sindri et Brok ont trouvé un moyen de rester cacher d’Odin et ont, pour se faire, trouvé refuge dans l’arbre monde, Yggdrasil, le porteur des 9 royaumes.

Profondément bouleversé par le Fimbulvter, l’aube du Ragnarök, les différents mondes nous feront découvrir tout un panel d’ambiances différentes. Si les marqueurs des royaumes que nous avions visité lors du précédent God of War restent bien identifiables, les changements apportés par le Fimbulvtetr nous permettent de les redécouvrir avec un œil nouveau.

L’immersion proposée par la bande son est parfaitement maîtrisée. Certaines scènes d’action se dérouleront avec une rythmique bien plus pressante. Lors des phases d’exploration, pas de place à l’ennui puisque nous aurons droit à nouveau à des phases de dialogues ou d’écoute. En effet, notre ami Mimir sera toujours là pour apporter une profondeur au lore nordique déjà omniprésent.

L’animation

Entre le dynamisme et la puissance des séquences de combat, God of War : Ragnarök déborde d’énergie. La réalisation est superbe et le passage sur la PS5 apporte une qualité de réalisation bien supérieure à la version 2018 déjà impressionnante. Bourrin au possible, les combats dantesques entrecoupés par des cinématiques toujours aussi époustouflantes n’a de cesse de nous impressionner.
Seul petite ombre au tableau, la gestion de la caméra parfois imprécise peut crisper lors des combats rapprochés ou en espace clos.

A lire aussi :
Céleste - Où trouver le jeu au meilleur prix?

Gameplay

Jouabilité

Les mécanismes restent profondément inchangés par rapport à God of War 2018. La recette fonctionne parfaitement et les rares nouveautés sont bienvenues.
Sans rien révolutionner, la coopération entre nos deux personnages reste indispensable pour progresser dans ces niveaux couloirisés. Les capacités que l’on débloque au fur et à mesure permettront d’avancer au sein des 9 royaumes. Cette mécanique permet de casser la monotonie des casses têtes à la Tombraider qu’il faut résoudre pour passer à la suite. En effet, il vous faudra parfois preuve d’ingéniosité pour débloquer les passages vers la suite des niveaux mais ne vous inquiétez pas, aussi bien Mimir qu’Atreus vous guideront toujours si ils sentent que vous êtes coincés.

Les phases d’exploration sont faibles par rapport à des jeux openworld et les trésors ou bonus cachés ne le sont pas tant que ça mais après, c’est normal, on est là pour vivre l’action !
A noter que le niveau de difficulté en mode normal est vraiment abordable et permet d’évoluer aisément dans l’histoire.

Evolution des personnages

A l’instar du précédent opus, God of War : Ragnarök propose un arbre de talent permettant de débloquer des capacités au combat. L’expérience gagnée au combat permet donc de gagner des points de compétences. Chaque point dépensé vous permettra d’acquérir des attaques spéciales ou combinées, d’améliorer des combos ou en proposer de plus dévastateurs. Les pommes d’Idunn ou les cornes d’hydromel permettront d’accroitre vos jauges de santé ou de rage maximum.

L’équipement suit également la progression de l’histoire et des personnages. Pas de nouveauté de ce côté là avec les mêmes types d’amélioration sur nos armes et armures. Celles ci peuvent être complétées avec des runes de puissance ou des améliorations que nous proposerons nos nains préférés Sindri et Brok en l’échange de ressources collectibles.

A lire aussi :
Que contient le sublime collector de Hogwarts Legacy

Conclusion


God of War : Ragnarök s’inscrit comme une suite logique et nous permet de poursuivre les aventures de Kratos et Atreus. De manière globale, la qualité de réalisation est indiscutable et l’on prend un réel plaisir à évoluer au sein des 9 royaumes. La mythologie nordique des différents récits nous plonge un peu plus au sein d’un univers fantastique débordant de richesses. Avec des personnages dont les émotions sont plus perceptibles et qui laissent parler davantage leur cœur, l’histoire est plus aboutie. La richesse du lore et la dimension titanesque de l’action profèrent au titre une signature caractéristique d’un grand jeu. En bref, si vous avez aimé God of War 2018, vous adorerez encore plus God of War: Ragnarök

God of War: Ragnarök
Mon Avis
God of War : Ragnarök s'inscrit comme une suite logique et nous permet de poursuivre les aventures de Kratos et Atreus. De manière globale, la qualité de réalisation est indiscutable et l'on prend un réel plaisir à évoluer au sein des 9 royaumes. La mythologie nordique des différents récits nous plonge un peu plus au sein d'un univers fantastique débordant de richesses
Note des lecteurs3 Notes
9.2
Les Plus
Histoire
Graphismes et animation
Ambiance et profondeur du lore
A revoir
Gestion de la caméra
Niveaux couloirisés
9
Mon ressenti

1 COMMENT

  1. En tant que joueur principalement sur PC, le premier m’avait scotché à ma console (que j’ai revendue entre-temps, je n’y jouais pas assez). Partant du principe que le premier est sorti sur PC (notamment via Steam) récemment après sa sortie PS4 en 2018, je devrais pouvoir jouer à Ragnarok sur PC vers 2026. Je vous tiens au courant 🙂

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.